Vis ta vie en Role Play

vis ta vie en role play
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Voyage de Yannick et Cylia sur les eaux...

Aller en bas 
AuteurMessage
Cylia
Admin
avatar

Nombre de messages : 1148
Age : 36
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Voyage de Yannick et Cylia sur les eaux...   Sam 10 Fév - 13:53

Cylia séveilla... Elle avait dormi beaucoup plus que de raison.

Elle monta sur le pont après s'être fait un bon caféau lait. Elle souffla sur le liquide, s'installant aux cotés de Yannick.
Elle regarda au loin, n'appercevant encore que de l'eau autour d'eux.


J'avais oublié à quel point il peut etre angoissant et pourtant si exitant de se retrouver en pleine mer...

Elle sourit puis but une bonne grogée de son mug de café au lait.

Elle avait senti dès qu'elle était montée sur le voilier que Yannick n'était pas dans son état normal... Mais lorsqu'elle avait posé une question directe... Il l'avait contournée.
Elle finit sa tasse , la garda en main et posa son autre main sur celle de Yannick. Elle le regarda avec tendresse, tentant de lui faire comprendre que si elle était la c'etait surtout pour lui...


Merci de m'avoir emmené avec toi... Ce voyage me fait du bien... Mais... Quelque chose me tracasse... Tu sembles... Si loin de tout ça. Tu ne profite pas de ton voyage je le sens. Ton bagage est trop lourd. Laisse moi t'aider a le porter...

_________________

curieux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
spada
Admin
avatar

Nombre de messages : 2467
Age : 46
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Voyage de Yannick et Cylia sur les eaux...   Sam 10 Fév - 13:59

Le regard de Yannick s'abîmait loin en mer, comme sa pensée il était déjà après le bateau plus loin que lui en quête d'une improbable fuite. Le vent soufflait toujours aussi fort et la mer faisait le gros dos. Malgré ça au bout de quelques instants il sentit une présence à ses côté et un contact chaud sur sa main. Il réalisa que la jeune femme se tenait sur le pont à côté de lui et qu'elle maitrisait parfaitement sa tenue sur le pont tenant dans sa main une tasse de café. IL lui sourit :

Bonjour Cylia. Je vois que tu as trouvé le café chaud et un bon pied marin.
Bienvenu sur le pont à mes côtés. Veux tu prendre quelques instant la barre je vais me chercher une tasse également la mienne et vide depuis... je ne sais plus.

_________________
Envoûté, il fixa la baleine,..., Elle est la vision même du Jugement dernier, de la vengeance immédiate, de l'éternelle malice devant l'impuissance humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledizes.free.fr
Cylia
Admin
avatar

Nombre de messages : 1148
Age : 36
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Voyage de Yannick et Cylia sur les eaux...   Sam 10 Fév - 14:17

Elle le regarda s'éloigner... Redescendre se prendre du café... Encore une fois il évitait de lui parler... Elle n'était pas du genre à insister mais la situation ne lui plaisait pas vraiment...

Elle prit la bar et regarda au loin, sans connaitre ni leur emplacement, ni leur destination. Elle se contanta de garder le cap.

Elle attendait que Yannick remonte... Esperant qu'il accepterai enfin de se confier à elle.

_________________

curieux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
spada
Admin
avatar

Nombre de messages : 2467
Age : 46
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Voyage de Yannick et Cylia sur les eaux...   Sam 10 Fév - 14:33

Il remonta une tasse de café bouillant entre les mains arrosé d'une légère goutte de whisky.

Cylia se tenait droite à la barre regardant la ligne d'horizon. Le bateau tapait un peu plus car elle ne le laisait pas passer les vagues mais elle se débrouillait bien. Yannick se plaça derrière elle posa ses mains à côté des siennes et légèrement doucement lui montra comment loffer mour monter la vague et abattre pour la redescendre. Le tout avec la finesse d'une caresse. LE bateau accéléra un peu et ne tapa plus. Il s'assit sur le rouf et alluma sa pipe.

L'air sentait bon et une percée du soleil se fit enfin entre les nuages gris. Il sourit à ce spectacle, mais dans son coeur une sombre colère le rongeait.

Il se demandait pourquoi il avait amené Cylia dans cette incroyable aventure. Il songea alors au Capitaine Ahab qui amène Ismaël dans son incroyable poursuite de Moby Dick. Quel était à ui son cachalot qu'il poursuivait?

Il tourna la tête vers elle.


Je ne fuis pas Cylia. Mais il y a des choses que je souhaite laisser loin et d'autre poursuivre. Pour l'instant soyons là et profitons de cet espace de liberté. Ils nous importent d'être fort face à la nature.

Puis il lui sourit tendrement, simplement, un sourire emplit d'une longue monotonie.

Dès que tu es fatiguée que tu en as assezfait moi signe je reprendrais la barre. Il faut que tu t'économises.

_________________
Envoûté, il fixa la baleine,..., Elle est la vision même du Jugement dernier, de la vengeance immédiate, de l'éternelle malice devant l'impuissance humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledizes.free.fr
Cylia
Admin
avatar

Nombre de messages : 1148
Age : 36
Date d'inscription : 18/10/2006

MessageSujet: Re: Voyage de Yannick et Cylia sur les eaux...   Sam 10 Fév - 14:48

Tu sais Yannick... Parfois le fait d'en parler et de se confier peut permettre d'y voir plus clair...

Elle gardait le cap, regardant au loin le point d'horizon.

J'aime bien garder la barre... Ca me rappelle mon enfance.
Mon père me laissait parfois la barre sur son bateau et j'adorais ça... J'aurai pas cru qu'un jour je pourrai reprendre la mer de cette façon... C'est tres exitant.

Elle posa une main sur son ventre


Après je ne pourrai sans doute plus... Alors j'en profite.

_________________

curieux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
spada
Admin
avatar

Nombre de messages : 2467
Age : 46
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Voyage de Yannick et Cylia sur les eaux...   Sam 10 Fév - 16:49

Un poison mortel me ronge les veines. Je vois devant moi s'étendre des gigantesques champs de batailles emplis de morts et je suis chacun d'entre eux. J'ai toujours couru dsans regarder autour de moi. J'ai couru pour ne pas me regarder. Aujourd'hui je me regarde et je cours de nouveau pour ne plus voir. J'ai semé l'horreur autour de moi. Ravager des terres car je me suis regardé, contemplé. Au bord d'une rivière j'ai regardé mon visage et égoistement j'ai commencé à la façonner pour qu'elle me ressemble. L'idée me plaisait, m'enchantait. Puis un jour un nouveau ruisseau et apparu encore plus brillant plus joyeux alors je me suis mis en devoir de le façonner en me regardant, puis un autre au son si cristallin, ardamantin... Que chaque fois j'oublié le ruisseau précédent.

Mais l'eau jamais ne se fait oublier totalement ni peut-être domestiquée. Et le premier barrage se rompit suivit d'un autre puis d'un autre, et je fus emporter à la vitesse d'une brindille vers un gouffre, précipité de rocher en rocher, laissé à l'abandon en fin de course abandonné de tous et en me levant je me suis vu me regardant, comme un ultime jugement. Et le rêve se répète je ne peux m'échapper. Seul la vision tourmentée de la mer m'appaise et toi. Pourquoi je ne le sais pas ne me le demande pas. Tu es une sorte de rayon rassurant qui illumine une hypothétique sortie....

Il se tut de nouveau ses yeux se tournant vers l'horizon. Le vent se calmait, mais le baromètre le disait. Une nouvelle tempête plus importante que la première arrivée. Pourraient-ils l'éviter?

_________________
Envoûté, il fixa la baleine,..., Elle est la vision même du Jugement dernier, de la vengeance immédiate, de l'éternelle malice devant l'impuissance humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledizes.free.fr
spada
Admin
avatar

Nombre de messages : 2467
Age : 46
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Voyage de Yannick et Cylia sur les eaux...   Ven 16 Fév - 10:17

Yannick fit un crochet au niveau de l'archipel du Cap Vert. Il avait besoin d'avitaillement et surtout que Cylia reprenne un peu contact avec un monde terrestre. Au fil des jours il avait ouvert son coeur à elle, ses blessures. Il s'était mis à nu comme sur une table de dissection. Mais son mal rongeait toujours son âme.

Cela faisait deux jours qu'ils faisaient relâche. Le ciel était chargé de lourds nuages noirs et l'île était balayée par un vent violent. Cylia avait réussit à dégoter de l'eau douce un peu de carburant et divers denrées alimentaires fraîches. Elle se plaisait à se promener sur cette Terre qui lui était inconnue. Yannick semblait allez mieux.

Cependant un matin en rentrant vers la plage le bateau n'était plus là... A son emplacement une simple bouteille avec un message dedans. Uh homme surgi derrière elle, un européen armé d'un appareil photo. Il la photographia sous toutes les coutures.

Alors Mr Yannick a encore fait des ravages en abandonnant sa nouvelle maitresse sur les îles?? Devant la tête de Cylia il se présenta Francis Chortin, photographe freelance pour presse people.Il expliqua le départ du bateau. Il avait reconnu Yannick en arrivant ici pour un reportage et s'était dit que cela ferait du bien à sn porte-monnaie de ramener un scoop comme celui-ci. Voir même de quoi payer ce voyage et de repartir.

Cylia s'expliqua et manifesta la plus vive inquiétude concernant ce départ trop précipité. En récupérant le courrier dans la bouteille avec Francis elle comprit que l'homme venait de se défier seul à seul l'ouragan Mireille qui menaçait. Il s'excusait auprès d'elle mais ce défi viendrai achever leurs longues heures de conversation.

Francis amena Yannick dans une des "baraques officielles" de l'ile et il passa un appel afin que les secours soient déclenchés. Il signalait le départ de Mr Le Cléach de Villepierre en direction de l'ouragan Mireille. Cylia était en colère et sortie.... Francis en profita rapidement pour appeler et vendre son article sur le départ au suicide du Milliardaire Neurasthénique. The Sun l'avait acheté e exclu pour la modeste somme de 150 000€... Francis sortit d'ici en se disant que cet homme qu'il vive ou qu'l meurt venait de lui rapporter Le scoop.

Pednant ce temps là en mer loin Yannick s'était enchainé à la barre après avoir réduit la voilure et installé son tourmentin. Il fonçait vers le diable. Le baromètre était au plus bas. La mer grossissait et les vagues les plus hautes atteignaient une dizaine de mètre, quand au loin il l'entendit. Un énorme grondement et une muraille d'eau se déplaçant perpendiculairement à lui. Une scélérate.... Les guides nautiques ne les auverait pas. Elles broyaient tout sur leur passage et peu s'en sortait. Peu de survivant avait pu sauvegarder leur embarcation. elles étaient capable de rompre un pétrolier en deux... Yannick avança inexorablement vers elle.... Puis quand elle s'apprêta à fondre sur lui il abattit en grand présentant l'arrière du bateau à la vague qui le souleva. il craquait de toutes ses nervures. Les coins en bois se mirent à sauter le mât s'écroula, dans un craquement sinistre emmenant une partie du plan de pont. Les membrures cédèrent les unes après les autres. Yannicl regard fixe les mains tétanisée sur la barre fixé le creux de la vague... 25m plus bas....30m plus bas... 35m plus bas puis il y eut une explosion il fut emmener dans un maelström l'eau partout autour de lui, le vacarme, puis le silence là sous l'eau... il se détendit si tel devait être son destin... Puis un poids sembla lui rompre le bassin et sa conscience vacilla. Le noir se fit autour de lui. Sa pensée s'envola vers celle qu'il avait aimé...

_________________
Envoûté, il fixa la baleine,..., Elle est la vision même du Jugement dernier, de la vengeance immédiate, de l'éternelle malice devant l'impuissance humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledizes.free.fr
spada
Admin
avatar

Nombre de messages : 2467
Age : 46
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Voyage de Yannick et Cylia sur les eaux...   Ven 16 Fév - 14:57

Yannick finit par ouvrir les yeux. Il était toujours attaché à la barre à roue qui l'avaitfait remonté à la surface comme un bouchon. Son harnais de survie s'était également gonflé. Il fut prit dans une toumente, bousculé chahuté... son esprit fut prit dans un carcan. Son idée se battre et survivre...

_________________
Envoûté, il fixa la baleine,..., Elle est la vision même du Jugement dernier, de la vengeance immédiate, de l'éternelle malice devant l'impuissance humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledizes.free.fr
Temikat
bavard
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 37
Date d'inscription : 14/12/2006

MessageSujet: Re: Voyage de Yannick et Cylia sur les eaux...   Ven 16 Fév - 15:55

Quelques heures plus tard, l'avion du perdukistan atterit au cap vert et les hommes de Temikat se mettent aux ordres de l'équipe de sauvetage locale. les aller retour des avions de reconnaissances se multipliaient mais toujours pas de trace de Yannick.

-A quel niveau se situe la chance de survie de Yannick???

-Je dirais que s'il n'est pas retrouvé avant la nuit, sa chance de survie sera proche de zéro.


Yvonogouli alla faire son rapport par téléphone à Temikat. les nouvelles n'étaient guere encourageantes...

A des miliers de kilometres de là, Temikat espérait que yannick portait toujours le médaillon qu'elle lui avait donné à l'hopital. Il lui avait toujours porté bonheur malgré la guerre, elle espérait qu'il en sarait de m^me au cou de Yannick.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
spada
Admin
avatar

Nombre de messages : 2467
Age : 46
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Voyage de Yannick et Cylia sur les eaux...   Sam 17 Fév - 11:14

Equipes de sauvetages :

2 Orions P4 de l’US Navy croisaient au large des côtes Africaines renforcés par 1 Falcon 50 Surmar . Le secteur qui avait attribué aux équipages était énorme. Les hommes voulaient bien croire que l'homme recherché était la plus grosse fortune mondiale mais cela méritait-il un tel déploiement? Mais le professionnalisme avait vite repris le dessus. La société de l'homme en question avait détaché un avion de communication à haute-altitude et avait loué les services de ravitailleurs. Les rotations étaient assurées et malgré le peu de temps sur la zone de recherche rien n'avait été oublié pour leu confort. Ce qui allait au-delà de leur mission était à la charge du groupe financier.

Mireille s'éloignait laissant place à un vent de force 7-8 et des creux de 4-5m. Retrouvé un homme seul sans balisage relevait de l'impossible.

Cela faisait 24h qu'il avait disparu...

Yannick :

Son esprit partait à la dérive vers les doux rivages de Paradize, sa ville son bar ses amis. Il se disait injuste d’égoïsme d’un tem comportement. Mais il avait eu besoin de cette confrontation à la mort pour se convaincre de vivre. Cependant en faisant le point sur sa situation le point n’était pas brillant. Il avait refait ses liens à la barre à roue ce qui lui épargnait la nécessité de devoir se battre pour rester à flot dans les vagues. Il dérivait suivant le courant sans effort. La température de l’eau avoisinait les 22° et avec ses habits et le soleil qui allait poindre, la déperdition de chaleur allait être minime. Le risque provenait maintenant de l’impossibilité de boire de l’eau douce mais également d’être repéré. Il avait de quoi survivre dans le radeau… mais il n’était pas remonté à la surface lors de la destruction du voilier par la vague.

Il s’astreint à des phases de veille et d’éveil pour ne pas perdre la chance de croiser un cargo ou de voir un avion maintenant que le ciel s’éclaircissait. Il avait sur lui, une fusée de détresse et un miroir… Tout n’était pas perdu.

La première nuit s’écoula longue difficile les vagues étant encore hachées, fortes, les descentes succédant aux montées, elles le submergeaient régulièrement. Puis quand le jour commença à poindre la mer relâcha de sa pression et les flots reprirent une longue houle et beaucoup moins de déferlantes. Au loin dans le premier rayon de soleil, une tâche orange en mer…. Il comprit que le radeau s’était gonflé. Il se mit donc en devoir de nager vers lui. Sa survie à long terme était là à quelques encablures de lui.

Equipes de sauvetage :

La nuit les hommes des orions avaient ralenties les rotations. Les chances de repérages étaient minimes et mieux valaient garder des forces pour le lendemain Mireille s’étant suffisamment éloigné, les chances de repérages à l’œil nu avaient considérablement augmentées. En mer deux cargos s’étaient détournés. Il s’agissait de deux bateaux de chez AoL ainsi que quelque plaisancier. Yannick était assez connu par les personnes du monde nautique pour que les gens se sentent concerné. A côté de cela il ya avait eu confirmation de la présence d’une vague scélérate énorme que le porte container « St-Hélier » de la CGM avait dû affronter. Le navire était en ce moment même prit en charge par la marine de guerre Américaine basée à Gibraltar. L’infrastructure du navire s’était fissurée laissant l’eau rentrée par une vingtaine de brèches… l’assiette était toute juste équilibrée par le pompage des cales à plein régime. La tourelle avait eu les vitres pulvérisées. Au niveau humain, 3 hommes étaient décédés dont le chef mécanicien et 4 blessés étaient également à déplorer dont un grave dans la tourelle. Il y avait également 1 disparu : le radio navigateur.

L’inquiétude se fit plus grande. Tout le monde avait en tête les caractéristiques du voilier de Yannick. Maintenant il était en bois…. Donc en théorie plus souple qu’un énorme bloc d’acier. Mais… les vagues scélérates laissées rarement de témoins derrières elles.

Dès les premières lueurs du jour les avions décollèrent épaulées par deux ravitailleurs et le SR rivé de Yannick ainsi que son falcon. Le soleil venait de faire son apparition et la mer hachée de la veille avait laissé place à une longue houle.

Un nouvel avion vint se concentrer sur les recherches financés par la favorite au poste de présidentiable du Perdukistan. Un PC de communication fut mis en place.

Partout dans le monde les places financières retenaient leur souffle. Les actions d’Aol avaient grimpées de 45% en moyenne avec l’annonce de la disparition de Yannick, maintenant que les recherches durées et qu’avec le temps l’espoir s’amenuisait, il y avait un gel. Soit elle referait un bond si il était découvert soit les marchés lâcheraient tout et cela donnerait lieu à un gigantesque effondrement boursier qu’il allait être dur à maîtriser…


Yannick :

Après un temps qui lui sembla infini Yannick parvint à agripper un des filins de sécurité du radeau. Il se détacha de la barre à roue qui lui avait sauvé la vie et l’attacha elle-même au radeau. Il devait la ramener. Elle serait un vibrant témoignage à sa résurrection.

Il fit le tour de son radeau de survie hauturier et se mit à faire un check point du matériel présent. D’abord le matériel standard (pagaie-écope-miroir-fusées parachutes-fumigènes-ration de survie-désanilisateur d’eau-verre gradué-Feu à main-trousse de secours-kit de réparation etc etc). Puis le matériel électronique avec notamment la VHF et la recharge de batterie. Il constata tout d’abord que les batteries avaient disparues et que la batterie actuelle ne présentait que la moitié de sa charge. Il se brancha sur le canal 16 et lança un « Mayday ». message simple car quand il ouvrit la trousse de navigation il trouva le matériel de relèvement. Le prochain appel au secours serait lancé soit au passage d’un avion soit dans 4h. Avec le point fait. Il pouvait appeler plus fréquemment mais il savait que les secours pouvaient ne jamais croiser au dessus de lui et il se devait d’envisager l’économie maximum.

Le matériel de pêche fut inventorié et ranger. Il lui permettrait d’obtenir de la nourriture, et il étendit une bâche sur le dessus d’une part pour le protéger du soleil et d’autre part recueillir l’eau de pluie. Il n’était pas aussi bien équipé que Bombard mais il pouvait tenir quelques semaines… Mais il espérait au fond de lui ne pas en arriver là.

La journée fut consacrée à faire le point ranger arrimer. Toutes les 4 heures un Mayday était lancé. Dans le ciel qui devenait bleu azur aucune trainée blanche à basse altitude ne laissait présager qu’un avion était à sa recherche.

Nuit 2 : Equipes de recherches :

Les deux cargos se donnèrent encore 24h sur la zone de recherche après quoi ils leur faudraient faire route vers leur destination. Le mode recherche avec les nombreux changements de position avait entamé leur réservé de carburant. Les plaisanciers quand à eux avaient signalé la fin de leur recherche pour l’instant n’aillant pas fait d’avitaillement ils rentraient sur le Cap Vert et reviendrait dès que les soutes des voiliers seraient pleines. Le soir s’annonçait et les avions finirent une dernière ronde avant de se replier vers leur base. Seul le SR 71 s’accorda un peu de traîne. Tout à coup l’opérateur repéra un faible signal à l’extrémité nord de leur zone de recherche. Celui-ci disparu aussi vite qu’il était apparu. Il le marqua d’un signal. Et demanda au pilote la possibilité de carburant. Il leur restait de quoi tenir 10mn en vol et juste de quoi rentré. Il leur fallait retourner à la base obligatoirement sous peine de s’abîmer en mer. L’homme signala au PC recherche le signal. Les deux cargos trop éloignés ne pourraient se rendre sur zone avant H+12h, personne ne croisait dans les environs. Cependant les hommes se déroutèrent et il fut convenu de renvoyer l’aviation sur zone le plus rapidement possible. Sur le tarmac un orion et le falcon firent le plein et les équipages chargèrent du matériel de survie. Le SR-71 filait vers sa base cette partie de chasse ne serait pas la leur.
Les avions décollèrent vers ma nouvelle zone de recherche, elle se trouvait au nord du quadrillage initial et à 2h de vol de la base ce qui leur donnait en moyenne 20mn de recherche efficace avant de devoir rentrer. Les pilotes firent mettre en repos les vigies. La tension était palpable. Les hommes savaient que les dernières recherches ne donnant rien, et si l’homme avait survécu ; il lui faudrait après compter sur sa chance pour s’en sortir, car les appareils étaient arrivés au maximum de leurs possibilités. Dans les nuits noires ils filaient à travers le ciel vers ce signal inconnu perçu une fraction de seconde.

Yannick :

Dans le radeau Yannick avait fini de calculer sa position approximative en effectuant ses relevés. Il était 00h30 UT. Il alluma sa VHF canal 16. Mayday. I’m Yankee Lima Delta Viktor. I get you my approximate position 17N and 27O . I repeat: 17North and 27 West. Last communication: 4h30 UT.

Il coupa la communication et éteignit l’appareil. Il gardait la batterie au cas. Il avait reporté sa position approximative sur la carte. Il s’était égaré au Nord Ouest des Iles du Cap Vert. Certainement loin de la zone des recherches. Il décida de rester éveillé. Le sommeil ne venait pas, aidé par la présence de quelques énergumènes du genre Galeocerdo.

Il ne savait en sécurité à bord du radeau cela n’empêchait que la compagnie de requin était toujours assez déplaisante pour un naufragé.

Il s’allongea et contempla la Voie Lactée et l’immensité cosmique qui s’étalait devant lui. C’était merveilleux !

Equipages Orion et Falcon :

Une fois arrivés sur la zone de recherche les deux avions se mirent à quadriller la zone qui leur était imparti. Les planchers des avions avaient dévoilés deux immenses vitres de 1m² s’ouvrant sur l’océan. Les radios avaient déployé les antennes et la vie des avions se concentra sur la recherche du naufragé. Enfin s’il était là. A 00h25UT les avions se mirent d’accord pour faire demi tour. Ils se mettaient à l’abri de toute panne de carburant et virèrent sur l’aile direction le Cap Vert. Le radio du Falcon fut le premier à recevoir l’appel bientôt relayé par celui de l’Orion. Un point fut effectué par les pilotes. Le Falcon avait encore 10mn de vol à basse altitude et l’Orion également. Les deux avions foncèrent vers la zone repérée descendant à 50m au dessus des flots. Tous les hommes se collèrent aux hublots.

Zone de recherche :

Yannick contemplait le ciel depuis qq minutes quand un grondement se fit entendre au dessus de lui et vit des lumières clignotantes au dessus de lui passant assez lentement et assez bas pour qu’il sache qu’il s’agissait d’avion de recherche. Il se précipita vers la trousse étanche prit une fusée parachute se mit debout et la percuta. Elle s’éleva droit dans le ciel émit un éclair rouge aveuglant et se mit à retomber lentement.

L’homme de queue de l’Orion aperçut la lumière et l’avion vira aussitôt sur l’aile pour revenir sur ses pas. Les hommes notèrent sur les cartes pour essayer de quadriller au plus fin la zone. Il restait 5mn de vol et chaque seconde était précieuse.

Yannick entendit de nouveau les moteurs se rapprochait il percuta deux fumigènes qui s’élevèrent vers le ciel afin de rendre plus visible sa position ainsi qu’une nouvelle fusée parachute. Puis prit sa VHF à la main.

Aussitôt les radios navigateurs triangulèrent sa position qui fut transmises en temps réel au cargo. UN rapide échange eu lieu. L’orion devait continuer sa route vers la base s’il voulait se poser et se fut le falcon qui lâcha ses colis à proximité de la zone de recherche. On indiqua à Yannick l’heure de rendez-vous approximatif avec un des cargos qui s’était dérouté pour 6h45 UT. D’ici là un paquet avec du nouveau matériel de survie lui serait parachuté. Les équipages lui souhaitèrent bonne chance avant de filer vers l’aéroport.

Yannick maitrisa sa joie quand les deux avions filèrent au dessus de lui. Il put communiquer quelques instants avec un des radios du Falcon français qui largua à un quart de mille de lui du matériel de survie ; Il avait soit pas besoin d tout mais au moins sa radio serait chargée à bloque et de nouvelles fusées viendrait refaire son stock pour guidé les cargos jusqu’à lui. Il se mit en devoir de ramer pendant encore 2heures avant de trouver son colis qu’il hissa à bord. Il rangea le matériel à sa place comme si de rien était puis alla se coucher. Il mit son réveil à sonner à 6h00UT.

Première règle : ne pas s’imaginer être sauvé avant d’être de retour chez soi.

Les deux cargos arrivèrent sur la zone indiquée par les avions. Tous les équipages se mirent sur le pont pour guetter le radeau de survie ou une fusée de détresse.

Yannick fut tiré de son sommeil. Il avait mal partout et il grelottait. Il avait extrêmement mal dans son dos…

Il fit un effort et sortit la tête du radeau. Au loin il remarqua un panache de fumée. Il tira une première fusée de détresse et alluma sa radio. La radio dut cargo capta de suite l’appel de Yannick. Il relaya l’info au deuxième cargo afin d’affiner la triangulation. Au bout de 4h un des cargos ne se trouvait plus qu’à ½ mille de lui. Il se prépara à quitter son embarcation de fortune non sans oublier sa barre.

Le cargo passa à ses côté au ralenti et une échelle de corde se trouvait à ses côté. Il avait ralenti mais pas suffisamment pour que Yannick puisse attraper le bout que venait de lui lancer une marin. Une embarcation semi-rigide fut descendue et se dirigea plein gaz vers lui. Les marins l’accueillir chaleureusement à leur bord et Yannick regarda avec tristesse son embarcation de fortune s’éloignait de lui…. Ils montèrent tous à bord et Yannick fut accueilli par le capitaine du navire. Une communication fut lancée vers le PC coordinateurs des opérations de sauvetage qui relaya l’info dans le monde entier et notamment aux dirigeants des filiales AoL qui poussèrent unanimement un soupir de satisfaction. Soupir également car la bourse reprit son essor et des millions de dollars furent engranger par une poignée d’Hommes qui avait spéculé sur la vie de Yannick.

Yannick avant d’aller se reposer utilisa la radio du bord pour envoyer deux messages. Le cargo était dérouté vers le Cap Vert en attendant qu’un hélico puisse se détacher et venir l’hélitreuiller pour accélérer son retour vers Paradize City.

Vers 1h00 UT dans la nuit du lendemain un super frelon vint hélitreuiller Yannick et l’amena vers l’aéroport le plus proche où son avion l’attendait. Il eut à peine débarqué que malgré la centaine de photographes présents il fut amené à son jet qui décolla dans la foulée direction PC.

Yannick se servit une large rasade de whisky et une fois le verre terminé il s’endormit aussitôt. Epuisé et saoul… Du coin de l'oeil il apperçut Cylia... Il lui fit un signe de la main.

_________________
Envoûté, il fixa la baleine,..., Elle est la vision même du Jugement dernier, de la vengeance immédiate, de l'éternelle malice devant l'impuissance humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledizes.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voyage de Yannick et Cylia sur les eaux...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voyage de Yannick et Cylia sur les eaux...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les gens du voyage
» Voyage de Bougainville
» Voyage dans le foin...
» Haiti en Marche parle du voyage de Preval dans le Centre
» Compagnons de voyage pour lire un livre en Champagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vis ta vie en Role Play :: Vis ta vie en Role Play :: En dehors de Paradize City-
Sauter vers: