Vis ta vie en Role Play

vis ta vie en role play
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Retour de Temikat au perdukistan en passant par paris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Temikat
bavard
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 37
Date d'inscription : 14/12/2006

MessageSujet: Retour de Temikat au perdukistan en passant par paris   Ven 5 Jan - 21:51

L'avion avait atterri à Paris et Temikat prit le taxi pour l'aéroport privé dédié aux chargements humanitaires. Elle se présenta de nouveau sous sa fausse identité au responsable "sos guerre". Celui-ci cocha son nom sur la liste:

-Nous partons dans deux heures, vous arrivez à pic.

Apres deux heures d'attente, Timia alias Temikat prit l'avion de fret qui emportait 10 bénévoles et quelques tonnes de médicaments, nourritures, etc...
Ils arrivèrent de nuit au Perdukistan sur une piste de campagne. Ils furent ensuite accueillis par les casques bleus fraichement débarqués pour permettre l'acheminement des vivres vers les populations regroupés dans les camps. Ses fausses lunettes double foyer, sa teinture rousse et ses cheveux courts devaient la rendre méconnaissable. Elle avait aussi tiré sa peau pres de ses yeux avec un scotch spécial caché dans ses cheveux. Enfin des lentilles de couleur bleu finissaient la panoplie.


-Vous etes française? lui demanda un casque bleu.

Il la dévisagea.

-Oui, ça ne se voit pas. Si vous voulez vérifier vous n'avez qu'à regarder sur ma carte.

Elle lui tendit sa carte d'identité spontanément.

-Non non, c'est bon, c'était juste une question, ne vous énervez pas...

Puis ils furent conduits dans leurs baraquements, afin d'y passer leur première nuit, qui promettait d'être plus calme que les prochaines.
Elle rêva de sa campagne natale et se reveilla sous des bruits familliers d'oiseau, qui commençaient à chanter à l'aube. Elle se sentit bien pendant 10 minutes mais la réalité la rappela rapidemment à l'ordre.
Elle était en train de finir de se changer quand Gorak entra dans le baraquement. Il donna ses ordres aux bénévoles et finit par s'adresser à Temikat:


-Vous, avec moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Temikat
bavard
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 37
Date d'inscription : 14/12/2006

MessageSujet: Re: Retour de Temikat au perdukistan en passant par paris   Lun 8 Jan - 2:01

Quand ils furent seuls, Gorak attrapa Temikat par le bras.

-Temikat, tu m'as tellement manqué, ici tout va mal surtout depuis que tu es parti.
-Gorak, je suis heureuse aussi mais mefie toi qu'on ne nous voit pas.
-Aucun souci...

Gorak embrassa langoureusement Temikat.

-Ou sont ils?
-Viens avec moi ma Temikat, tu vas pouvoir les voir. Il y a un probleme avec ta mère...
-Quoi?
-Depuis la mort de Serguei, elle est la seule à connaitre l'endroit exact ou il a mis la puce... elle ne me fait pas confiance et risque de compromettre le pays tout entier.

Peu apres, il la guida vers une des tentes du campement.

-Temikat....
-Maman, papa, igor... vous etes là, je suis si heureuse de vous revoir, je suis désolée de ne pas avoir pu vous evacuer avant. Ce soir, vous pourrez partir avec l'avion qui repart vers paris. Le pilote est corrompu...

Le soir même, ils mirent en place un plan pour entrer dans le palais gouvernemental et récuperer la puce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Temikat
bavard
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 37
Date d'inscription : 14/12/2006

MessageSujet: Re: Retour de Temikat au perdukistan en passant par paris   Lun 8 Jan - 20:45

L'avion avait enfin décollé avec sa famille cachée à l'intérieur. Il devait faire une halte en roumanie afin de déposer les clandestins. Au moins, à partir de là, ils avaient une chance.

Le lendemain, Temikat partit avec Gorak et trois autres hommes sur la route de la capitale en utilisant les chemins de traverse. Eman, l'homme surnommé lézard et kurt avait avec eux des oreillettes et des emetteurs étonnamment modernes et les testaient durant le voyage. Ils les avaient récupéré par la contrebande russe.
Le soleil était violent et leur route incroyable longue. Apres les déserts arides du sud, ils arriverent à la luxuriante zone agricole du nord, la région où elle avait vécu si longtemps...


A une dizaine de kilometre de Faorul, ils rencontrerent les soldats de morpoussierovich.

-papiers, s'il vous plait...

Un soldat muni d'un kalashnikov contourna le 4x4 pour trouver quelque indice suspect.

-Gorak Minolov, je suis un contact pour l'ONU dans le pays, j'ai obtenu du général de pouvoir circuler librement sur le territoire.
-Qui sont ces personnes? Descendez du vehicule nous devons tout fouiller
-Cette dame vient de france, elle est chargée des accords avec le palais en ce qui concerne l'approvisionnement humanitaire et ces hommes font parti de ma garde rapprochée.
-Vous etes russe?
-D'origine mais je vis là depuis mon enfance.
-Nous n'aimons pas beaucoup les russes ici, ni les français d'ailleurs... mais tous ces papiers sont en règle. Nous vous gardons néanmoins à l'oeil Mr Minolov.

Ils reprirent leur route sous le regard soupçonneux de l'armée. Cette derniere n'avaient pas trouvé les emetteurs et c'était une chance.
mais les militaires ne tarderent pas à les faire suivre par une voiture banalisée, ce qui n'échappa ni à Temikat, ni à Gorak.
Le soir même, ils franchirent les portes de la capitale et s'arreterent chez des amis pro-armée, du moins en apparence.


cette nuit-là, Temikat ne dormit pas beaucoup. Elle avait rejoint Gorak dans sa chambre et l'avait serré dans ses bras. Les deux corps se reclamaient depuis longtemps...

-Tu as surement rencontré d'autres hommes à Paradize city, n'est ce pas...
-Je trouve tes remarques quelques peu déplacées et pour ton information, je n'appartiens à personne.

La façade ne mit guère de temps à s'écrouler devant les sentiments que portait Temikat à Gorak.

-Sache que je n'ai eu aucun amant à paradize city malgré tes doutes. je t'aime sincerement.

Ils firent l'amour pendant de longues heures...craignant les premières lueurs du jour qui allaient enfin sonner la descente aux enfers de Pouss' ou la victoire totale de celui-ci sur les partisans de l'ex gouvernement.

Temikat dormait profondemment quand Gorak tenta de la réveiller par un baiser.

-Il est l'heure jeune fille...

Temikat ouvrit un oeil et se redressa la tête enfarinée.

-Quelle heure est il?
-ne t'inquiete pas, tu as largement le temps...

Elle enfila ses affaires et se prépara pour son rendez vous.

-Morpoussierovich ne sera pas au palais avant 11 heure et tu as bien rendez vous avec Ivonic à 9h
-Il ne me reconnaitra pas c'est sur?
-Sur... Il est arrivé apres ton départ et ne te connais que pas de vieilles photos. Vu ton relooking, aucune chance qu'il sache.
Tu dois finir ta négoc' à 9h35 le plus précisemement possible grace à l'appel que je vais passer, apres quoi un sergeant te raccompagnera jusqu'à la porte. Entre temps, Eman interviendra alors en créant une panne d'electricité dans le palais. Tu auras qlq secondes pour neutraliser le garde,...

-Oui, à cet endroit exact et pousser le corps ici, juste à coté de l'ascenseur, là ou les caméras ne le verront pas. Puis je descend et me cale dans le coin...en priant pour que le changement de surveillant se fasse bien à ce moment là.

-Oui nous entrons à la place des gugus et neutralisons les caméras à l'intérieur de la zone de sécurité. apres cela tu auras une plus large marge de manoeuvre...
-Le passage de la porte de haute securité avec la detection par l'iris lorsque tu me l'indiquera à l'oreillette...
-Et puis...?
-Et puis, prendre la puce
-Ou cela?
-je te trouve bien curieux
-Un jour, tu devras la faire toute seule ta guerre à force de ne faire confiance à personne même pas à tes proches
-....dans la réserve d'encre sur l'étagère de mon bureau.
-C'était donc ça...
-Oui en plus, il est normalement resté dans sa gaine, ce qui la rendu invisible aux détecteurs. Serguei avait réussi à la cacher juste avant son arrestation. Ensuite, on actionne la deuxième manoeuvre.
-Oui celle-là, pas la peine de la repeter...

8h50. Temikat était devant le palais, la peur au ventre d'être reconnue ou de ne pas reussir à neutraliser les différents vigiles surentrainés. Elle se forçea à penser à la joie qu'elle avit eu de revoir sa famille et au bisou que Gorak lui avait lançé avec la main juste avant de partir à sa position.

9h.
-Mr Ivonic vous attend dans l'aile est. Suivez moi Mme, une gradée va vous fouiller avant le rendez vous.


9h33.
-Mme, nous reprendrons cette discussions un autre jour. J'ai une affaire urgente. Sergeant, raccompagnez cette dame à la porte, je crois que nous avons conclu quelques bons arrangements avec la France. Mr Poussierovich sera comblé du rapport que j'en ferai.

Le sergeant et Temikat monterent dans l'ascenseur et celui descendit tout doucement.

2e étage, Temikat appuie sur l'ouverture de la porte

-mais que... s'exclama le sergeant
coupure d'électricité comme prévu
D'un geste rapide et précis, Temikat retire sa barrette, en sort un fil et attaque le soldat dans le dos. Les portes sont restées mi-ouvertes, ce qui permet à Temikat de faire glisser le corps de l'homme étranglé dans l'angle mort.


pendant ce temps là, Kurt devança Gorak pour l'intervention contre les agents de securité qui devaient prendre la relève dans la salle de surveillance.
Gorak sortit un couteau et s'élança derriere le jeune slave. Kurt s'effondra la gorge ouverte par la lame du russe.-Mauvaise pioche pour toi Kurt...
Juste avant de mourir, Ce dernier n'eut que le temps de voir le sourire du traitre Gorak... le contempler.

Temikat reçu un message de Gorak.*C'est bon, surveillance maitrisée, personne dans le couloir du gouvernement*

Elle couru le long du couloir désert et approcha son oeil de la porte blindée. celle-ci s'ouvrit... sur la bobine de Morpoussierovich, accompagné d'une dizaine de militaires la braquant de leurs armes.


-Temikat Tura, comme on se retrouve...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Temikat
bavard
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 37
Date d'inscription : 14/12/2006

MessageSujet: Re: Retour de Temikat au perdukistan en passant par paris   Mar 9 Jan - 14:46

... Gorak fit son apparition derrière Morpouss' avec un air contrarié et lui glissa:

-Elle n'est pas dans l'encre et nous avons fouillé scrupuleusement chaque pièce...

*Gorak...sale traitre*

*je suis toute proche, je peux encore l'avoir*

Temikat prit son élan et mais fut arrétée pas une balle dans l'épaule. Elle tomba à terre, sa tête tapant contre le pied de la console du couloir. Dans un dernier mouvement, elle gratta au dessus de la pate à bois servant à boucher un trou sur une patte de la console et avala discretement le minuscule objet extirpé.

... puis trou noir........


Un peu plus tard, Temikat se réveilla attachée sur une chaise, déchaussée, dans un lieu sombre, très sombre. Son épaule lui faisait horriblement mal.

*Je ne suis pas morte*

Devant elle dans un coin de la pièce se trouvait un individu qu'elle ne put reconnaitre que lorsqu'il se déplaça dans l'unique trait de lumière venant d'une minuscule ouverture grillagée du mur.


-Bonjour à toi ma Temikat
-Gorak... alors tu l'as trouvé ta puce...

Elle eut un rire nerveux qui ne fut pas du goût de Gorak. Il s'approcha d'elle et la gifla si fort qu'elle sentit le goût du sang dans la bouche. Mais quelque chose la blessa encore plus profondement: Elle repensa à l'avion sensé repartir avec sa famille.

-L'avion... j'espère que tu n'as pas...
-TTTeuteuteu... Temikat, me crois tu si cruel? Je me les suis réservés au cas ou tu ne parlerais pas
-Salaud.... Tu vas me le payer cent fois, mille fois....

Il lui caressa le menton, préleva avec son doigt un peu de sang qui coulait de la bouche de Temikat et lecha ce qu'il avait récupéré.

-Bon, c'est pas le tout mais notre si méfiante Temikat pourra t elle enfin me dire où se trouve la fameuse puce? A moins que tu ne tiennes peu à ta vie et à celle de tes proches...

Temikat cracha à terre.

-Vas y creve moi et creve nous tous.

Il sortit un petit couteau de sa poche et commença à jouer avec.

-... je n'ai jamais gobé que ta mère savait ou était la puce mais je sais qu'elle ne cherchait qu'à me tester pour te protéger...
Tout aurait été plus simple si Serguei avait parlé mais monsieur a préféré se suicider avec sa dent creuse au cyanure. Un vieux classique mais toujours efficace. Sacré famille, vous n'aviez donc pas envie d'une vie tranquille?

Un bruit de serrure se fit entendre.
Morpoussierovich entra dans la salle et constata les dégâts sur Temikat.


-Gorak, comment pouvez vous être si violent avec les femmes, surtout après m'avoir dit que Temikat vous avez contenté au lit... Quant à vous ma chère, je n'ai pas vraiment digéré le fait que vous avez essayer de me doubler après l'évincement du président. et quoi, les termes du contrat ne vous plaisaient plus?
-Nous avions parler d'empêcher le président d'obtenir les pleins pouvoirs, pas de les prendre à sa place. Et vous n'êtiez pas obligé de tuer tout le monde...
-Ma chère Temikat, mais avez vous vraiment cru que j'aurais abandonné mes pouvoirs alors que j'étais à la plus haute place de ce pays? TTTT. Finalement vous etes naïve ou peut être trop idéaliste, bref pas faites pour le pouvoir. Soyez raisonnable donnez moi l'endroit ou sont les plans pour que le pays obtienne enfin le fruit des prospections de pétrole qui ont été obtenues dans l'illégalité.
-Vous connaissez le mot à paradize city qui définit le mieux cette situation... c'est: va te faire foutre...
-Bien, j'aurais essayé de vous épargner cela...

Il fit signe à Gorak.

-Laissons là réflechir encore une minute

* Ne pas faire confiance aux russes, encore une fois*

Ils sortirent de la pièce.

Ils avaient laissé le bouton de sa manche, source de l'echo qui pourrait lui être salvateur, mais dans ces lieux les ondes ne devaient pas diffuser vers l'extérieur... Il fallait qu'elle puisse appuyer sur le bouton et le lancer juste par l'ouverture de la fenetre. Bref, une chance sur 1000. Repliant ses doigts, elle arriva à détacher l'objet de sa manche, elle fit attention de ne pas le laisser tomber de l'accoudoir et appuya dessus. Puis, elle le positionna au mieux pour qu'il puisse passer par le morceau grillagé de la petite fenêtre. L'index propulsa le bouton bien mieux qu'elle ne l'espérait... Pourtant, il rebondit sur le bord supérieur de la fenêtre et retomba à quelque centimètre du grillage mais à l'intérieur de la pièce.


*Vu la difficulté, je peux m'estimer heureuse mais espérons que cela suffira pour propager l'écho jusqu'au satelite*

Il ne fallu que deux minutes supplémentaires pour voir Gorak entrer accompagné d'une bouteille de vodka.

-Alors ça y est, tu as bien réflechie?
-oui et c'est toujours non, comme tu peux t'en douter...
-Sale chienne... tant pis pour toi.

Il lui jeta un coup de poing en pleine figure ce qui fit tomber la chaise à terre, Temikat avec. Il releva l'ensemble et sortit son couteau.
Puis il lui enfonça le couteau dans l'épaule de Temikat. La douleur était si vive qu'elle tomba inconsciente.


-Et merde... va falloir attendre maintenant.

Il jeta de la vodka sur la plaie de Temikat et s'effondra dans un coin de la pièce en attendant qu'elle revienne à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
spada
Admin
avatar

Nombre de messages : 2467
Age : 45
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Retour de Temikat au perdukistan en passant par paris   Mer 10 Jan - 11:49

ATTENTION CES EVENEMENTS SE DEROULENT DANS LA NUIT DU 09/01 AU 10/01....

_________________
Envoûté, il fixa la baleine,..., Elle est la vision même du Jugement dernier, de la vengeance immédiate, de l'éternelle malice devant l'impuissance humaine.


Dernière édition par le Mer 10 Jan - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledizes.free.fr
spada
Admin
avatar

Nombre de messages : 2467
Age : 45
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Retour de Temikat au perdukistan en passant par paris   Mer 10 Jan - 13:54

22h00 GMT :



Commando Tango - Echo - Mike : 10 hommes
Cible : Sous-sol du Palais pour extraction consigne : rapidité-discrétion
Point d'évacuation de la cible au 35'Nord terrain aviatio abandonné du Village de Grosgnik.
Retour : rendue sur la côté pour évacuation SM du commando : point de rencontre 75 sud.
Brouillage communications longues distances aussi longtemps que possible

Commando Echo-Foxtrot-Tango : 10 hommes
Cible : Avion basé sur aéroport de campagne pour évacuation d'une fammille 3 membres
Consignes : prise de contrôle et décollage direction la frontière pour évacuation
Retour du commando avec la famille.
Soutien aérien possible.
Brouillage des communications longues distances ennemies ausi longtemps que possible

Action simultanée.


Palais :

Le commando s'était dispersé en 3 groupes de 2 pour l'encercler (groupe 1,2 et 3), deux autres au volant d'un véhicule blindé (groupe 4), le dernier groupe (groupe 5)étant placé en deux point stratégique pour offrir une couverture sniper. Chacun était équipé d'une combinaison de combat avec casque comm. sur infra fréquence, vidéo, monitorage cardiaque, lunettes infra rouge, armes de poing silencieuse et arme automatique silencieuse, un arme tactique de type choc electrique. Munition balle standard, explosive ou flechette soporifique. Grenades flash, étourdissantes ou offensives.

Les deux groupes avaient placé une écoute sur le palais pour localiser leur cible : elle se trouvait dans une cellule placée au sous sol-sol, de la façade nord. Le mirco espion envoyé avait renvoyé deux signe de vie dont un plus faible. L'extraction devenait urgente. Les troupes firent mouvement après un nettoyage des 2 snipers. 4 des gardes les plus proches s'écroulèrent comme pris d'une brusque somnolence. Les caméras du palais se brouillèrent d'un seul coup. Et un blackout se fit sur la capitale. Le groupe d'intervention se rnedit à l'entrée principale. Ils lancèrent leur première grande aveuglantes et firent "feu" sur leur cible qui tombèrent ils continuèrent de progresser dans les escalier. groupe 1 s'arrêta sur la cellule de commande du palais et boquèrent toutes les issues et toutes les portes coupe-feu internes afin de bloquer les différents renforts possibles dans le palais. Groupe 2 se rendit à l'étage tandis que le groupe 3 se rendait au sous-sol. Groupe 2 dut faire face à une forte opposition et les hommes restèrent coincés à l'étage. Devant la résistance rencontrée Joy via la radio leur donna l'ordre de passé à une offensive plussoutenue et deux grenades offensives vinrent nettoyer le palier. Une fois la résistance calmée ils se rendirent au sous-sol pour contact avec groupe 3. Ils inverstirent le sous-sol et le nettoyèrent de façon systématique. Jusque devant la cellule de leur cible. Les deux cibles étaient toujours à l'intérieur. Ils grlissèrent une fibre optique et observèrent. L'homme venait de se mettre nu tandis que leur cible était inconsciente au sol nue...
Les hommes placèrent rapidement deux charges sur les montants de la porte et la firent sauter. Ils pénétrèrent dans la pièce, le chef assoma l'homme d'un coup de crosse juste au moment ou l'homme tenta de sa saisir de son arme. Il s'écroula sur leur cible. ils le tirère,nt rapidement sans ménagement lui posèrent des liens et lui pssèrent une cagoule. pendant ce temps les autres membres recouvraient Temikat. Puis sans bruit ils se replièrent vers le couloir. Le groupe 1 les rejoignit. Le palais maintenant condamné de l'extérieur il devait sortir d'une autre façon.

Pendant ce temps une fois le nettoyage extérieur du palais efectué le groupe des 2 snipers se dirigea vers le camion blindé du groupe 4. Ils se placèrent en extérieur du palais, prêt à démarrer.

Les groupe 1 à 3 placèrent des petites charges et firent sauter la grille. il se faufilèrent portant la cible et son torsionnaire. Le camion ouvrit ses portes et tout le commando embarqua. L'homme fut solidement ligoté à une des parois et le camion se mit en circulation. La lumière revint dans toute la ville.... Le camion traversa la ville sans encombre l'alerte ne pouvant être donné par défaut de comunication... Des voitures de police se mirent à sortir toutes sirènes hurlantes quand le camion sortit de la ville. Ils passèrent devant un camp de l'armée et virent décoller des chasseurs. La situation allez se dégrader il fallait faire vite. Le chauffeur accéléra jusqu'au village. L'équipe avait délivré les premiers soins à Temikat qui avait fini par ouvrir les yeux. Ils lui expliquèrenet rapidement la situation. Elle posa la question de ses parents et de son frère avat de retomber insconsciente. Ils approchèrent du terrain. Ils virent le rougoyement du réacteur de l'avion. Ils 'arrêtèrent rapidement à ses côté débarquèrent Temikat la sanglèrent et lui mirent le casque et l'oxygèen et claquèrent la verrière. Ils s'éloignèrent rapidement. Deux hommes plastiquèrent le camion et ils partirent en courant chacun dans des directions différentes à travers les bois. L'avion se mit à vibrer et la fusée d'aide au décollage se déclencha en même temps que le pilote mit les gaz. Alpha-Oscar-Lima 1 était en vol, il monta rapidement avant de plonger au ras des cimes..... 10 mn de vol et ils seraient en-dehors des frontières. Les minutes s'écoulaient lentement pendant que pilote zigzaguait pour semer topus les radars. Son avion fut illuminer rapidement par une batterie sol-air qui perdit sa trace. Il eut une grosse suée, puis il monta en flêche direction Paradize City. La frontière était passé.


Ici Alpha-Oscar-Lima 1 la cible est hors de danger sommes sur le retour. prévoyait équipe médicale d'urgence.


Dans le sous-sol chez Yannick se fut le soulagement. Heure d'arrivée 3h00 GMT.... Yannick avait encore un peu de temps devant lui mais il prevint les urgences d'un besoin d'une ambulance rapidement à l'aéroport pour cette heure là. La justification... tomberait sous le coup de quelques largesses que Yannick fit pour l'hôpital...

FIN PARTIE 1...

_________________
Envoûté, il fixa la baleine,..., Elle est la vision même du Jugement dernier, de la vengeance immédiate, de l'éternelle malice devant l'impuissance humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledizes.free.fr
spada
Admin
avatar

Nombre de messages : 2467
Age : 45
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Retour de Temikat au perdukistan en passant par paris   Mer 10 Jan - 16:26

Avion : extraction famille Temikat :



Le commando avait fort affaire. l'avion était un simple bimoteur de brousse, ce qui laissait peu de marges.

Quand ils s'en approchèrent, ils ne virent rien. Toutes les lumières de l'appareil étaient éteintes. Ils firent demander un allumage via le satellite mais rien aucun signe de vie sauf dans un baraquement situé à 300m de là. une dizaine d'ennemis et 3 cibles immobiles dans un recoin sud du batiment. Le commando se déploya en plusieurs groupes. le groupe 1 de 4 hommes se déploya autour du baraquement en position de sniper afinde couvrir les exterieurs. Le groupe 2 de 4 hommes également alla se placer devant l'entrée principale et le groupe 3 fut chargé d'aller extraire les otages directement par la paroi qui menait vers l'extérieur. Les bandits étaient lourdement armés un échange de feu nourri les auraient mit en difficulté malgré l'effet de surprise et de plus majorait les risque de pertes humaines amies.

Une fois tout le monde déployait groupe 3 se rendit à la paroi et plaça des micro charges dessus qu'ils recouvrient afin d'atouffer le bruit des détonations qui du reste de baraquement ne devrait pas s'entendre. Ils se protégèrent et les charges sautèrent. La paroi tomba et ils la rattrapèrent à temps. 3 visages émaciés sales et fatigués les regardèrent avec surprise. Ils mirent un doigt sur la bouche. LA famille sembla comprendre. Ils les souvirent. Le commando se redéploya pour gagner le terrain quand la porte s'ouvrit et un homme apparu. La lumière éclaira toute la cours notamment le dernier homme du groupe 2. Il y eut une détonation étouffée et l'homme qui venait de surgir s'écroula une tâche rouge en plein coeur. Mais l'alarme était donnée. Bientôt le barquement fut rempli de cris divers, le commando détacha le groupe 3 vers l'avion et les 8 autres se repartirent dans la forêt pour freiner la progression des ennemis. Le premier homme fut faucher avant d'avoir eu le temps de pouvoir se mettre en position stratégégique par un tir d'arme lourde. Il eut juste le temps de penser à sa femme et leur fils Igor... 3 ans. Mais il n'avait pas mal.. Il partit rapidement. La foret fut rapidement traversée par un feu nourri de mitrailleuse lourde obligeant le commando à se replier encore vers l'avion. Groupe 3 avait établi la jonction. Ils embarquaient. L'ennemi progresser plaçant entre eux et les hommes un barrage de feu nourri. Les hommes d'un commun accord abandonnèrent la position frontale sauf le commandant. KAder se plaça en cime d'un arbre observant ses hommes qui contournaient l'ennemi. Quand le premier badit fut à porter une simple rafale le fit passer de vie à trépas. LE cache flamme de son arme avait camouflé sa position mais l'ennemi lança 2 grenades. Il les vit rebondir et exploser au pied de son arbre qui s'éffondra. Il tenta tant bien que mal de pas mal se recevoir ais la chute le précipité vers une branche qui lui traversa la cuisse. Il hurla de douleurs et il fut entouré par 4 bandits. Il eut le temps de tirer et d'en tuer un avant qu'il ne se reçoivent à bout portant une rafale. Il s'affondra inconscient. Mais les hommes du commandos étaient passé& à l'offensive et bientôt plusieurs ennemis tombèrent mort. Les hommes vengeaient leur commandant. Une lueur de folie traversa leur regard quant ils firent le tour des cadavres... mais ils firent le compte et en trouvèrent que 9.... manquait un homme. Le commando fut touché par une déflagration . 4hommes moururent sur le coup. Les 2 autres grièvement touchés comprirent qu'ils avaient été attirés dans une zone piégée. L'un d'eux Summers eut le temps de shooter le dernier bandit. Ils s'épaulèrenet et prient la route vers l'aérdome. Ils avaient alertés le groupe3, l'avion été sur le point de s'élancé. Ils embarquèrent et l'avion roula doucemement accéléré de plus en plus et finallement s'arracha du sol non sans flirter avec les têtes des sapins avoisinants.

Pendant ce temps dans le ciel :

Ici Sierra Romeo, Alpha Oscar Lima 1 a décollé sans encombre et file vers le bercail. JE croise actuellement à 11 000 mètres. 4 bandits au décollage. Alerte Alpha Oscar Lima 2. Il va falloir appuyé sur le gaz, le commando Echo-Foxtrot-Echo vient de décoller. Temps d e vol estimer 7mn jusqu'à la frontière interception en 3 point 0 minutes. Il va falloir calmer les ardeurs des pilotes locaux.

Ici Alpha Oscar Lima 2, bien reçu suis en vitesse d'interception je vais détourner les oiseaux de là. Demande soutien blackout radar me permettra d'éviter de me faire harponner. Merci

Ici Sierra Romeo, pas de souci brouillage en cours. Par contre évolution demandée en plafond maxi de 500m pour éviter toutes interception par requins manuels. Nous ne pouvons brouiller les fréquences.

Ici Alpha Romeo Lima 2, merci pour tout Sierra Roméo que la chance nous protège !

Sierra Roméo à groupe Echo-Foxtrot-Tango, papa et maman surveille le berceau. Mais je pense que titi et rominet ne vont pas tarder à jouer les troubles fêtes. Faite attention. Papa court vers la chambre. dépechait vous de regagner le berceau.

Ici Echo Fostrot Tango, message bien reçu nous nous dépéchons. Situation à bord catastophique. Extraction ok, mais le chat a mordu sévére. 2 vont bien, 2 ont très mal et 6 ne sont plus là. Bilan doit être transmis en urgence.

A bord de l'avion le silence se fit. La famille se maintenait coller enxemble apeurée tandis que l'avion tout feu éteint frôlé les cimes d'arbres. Un avion de chasse sans marque visible passa à côté d'eux se stabilisa dos à eux et roula d'une aile sur l'autre. Tangage que repris leur avion. L'aviond e chasse rompu et monta droit vers le ciel dans une poussée de post combustion. 2 bandits étaient là il allait de voir jouer avec eux... désarmé. Il vérifia son équipement tout. était en ordre. le pistolet le gêné mais une fois au sol il pourrait lui être d'une grande aide... Il se mit à glisser. un étrange ballet débuta dans les airs, et des lignes brillantes jaillissait des ailes des 2 bandits. Soudain il reçut des chocs sourd et sut qu'il avait été touché. UN voyant se mit en alerte rouge, un réservoir avait été touché. Il ne fallait pas encaisser d'autres chocs sous peine d'exploser. Il lança donc son avion dans une série de tonneau puis enclencha la post combustion nez vers les étoiles.

Sierra Roméo, le bébé est en sécurité, je fais demi tour, deux bandits en trajectoire intersection sur moi.

Le pilote du mirage fut soulagé, malgré quelques pertes humaines la mission était un succès plein. Les deux bandits le suivaient toujours, bientôt il sentit des vibrations dans son manche son avion ne montait quasiment plus il enclencha sa fusée d'aide au décollage, il fut plaqué sur son siège arrière. Les deux bandits décrochèrent, il vit bientôt les étoiles par son cockpit. Il comprit qu'il avait atteint le maximum que son appareil pouvait atteindre. Il bascula doucement le nez de son appareil vers le bas et l'avio amorça sa descente. Il avait effectuée ue cloche. Il redescendait hors de la frontière Perdukistanaise. Mais en milieu de descente le voyant carburant se mit en alarme il lui restait deux minutes.
Pendant ce temps là le commando avait débarqué et la famille de Temikat était en vol sur le Jet de Yannick direction Paradize City. Les deux membres rescapés du commandos accompagnèrent Mr Alempijevic sur le centre de soin le plus proche.

Sierra Romée était en vol vers le bercail, il avait quitté le territoire ennemi avant l'interception.

Samuel compris que son avion ne regagnerait jamais le sol. Il sentit son appareil vibré de partout plus carburant et il ne parvenait plus à le stabiliser. Il tira sur le manche pour tenter de cabrer l'appareil et sauter de l'appareil avant qu'il ne deviennent un missile dont il ne pourrait plus s'extraire. Une fois l'appareil cabré il attrapa les deux manettes de chaque coté de sa tête l'éjectant de l'appareil......



Dans le sous-sol de Yannick :
Tout le monde avait suivit les différentes péripéties avec énormèment d'attention. Le bilan était lourd humainement parlant. Yannick s'inquiéta des liens qui pouvait le faire remonter jusqu'à lui. Des deux avions de chasse, nu seul allé revenir l'autre s'écrasait dans les montagne d'un pays escarpé. Aucun signe d'identification si ce n'était le modèle qu'un oeil expert pourrait identifier en ramenant la carcasse dans un laboratir et là on dépassait les moyens des ennemis... Les deux autres avions n'avaient pas été identifés. Et rentrés via des chemins détournés sur des trajectoirs soit hors radars pour l'unité Sierra-Roméo soit sous le ventre de vols commericaux pour AOL-1. Les deux retrouveraient une trajectoire commerciale connue que Tenresky avait introduit de force dans les ordis des contrôleurs aériens. Donc pas de souci à ce niveau là.

Pour les hommes restés au sol.... aucune marque de vêtements pas d'identification dentaire possible ces hommes n'existainet plus étant déjà mort en mission il y a des années lors de la première guerre en Irak.... Ils faisent partis d'une unité d'élite d'un corps expéditionnaire français que Yannick avait acheté à son profit et placé dans des camps d'entrainements en Mauritanie. Aucun moyen de remonter jusqu'à qui que se soit de plus tout le monde était mort....

Cela lui coutait cependant car l'un d'entre eux avait fondé une famille avec Fatoua une gentille fille qui vivait à côté d'une des casernes. Enfin cette histoire est une autre histoire.

Ils firent un debriefing tardif jusqu'à la confirmation de la récupération de tout le monde est du colis supplémentaire à bord de Zeus. Il était 2h55. Fin de la mission.

_________________
Envoûté, il fixa la baleine,..., Elle est la vision même du Jugement dernier, de la vengeance immédiate, de l'éternelle malice devant l'impuissance humaine.


Dernière édition par le Mer 10 Jan - 16:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ledizes.free.fr
Temikat
bavard
avatar

Nombre de messages : 668
Age : 37
Date d'inscription : 14/12/2006

MessageSujet: Re: Retour de Temikat au perdukistan en passant par paris   Mer 10 Jan - 16:29

*....le visage de gorak.... celui de yannick... igor,son petit frere en sang qui hurle...serguei dans un cercueil*

Temikat ouvrit un oeil, ses yeux voyaient troubles... Elle sentait les chaos, les chaos d'une route...
*Ou suis je? Des hommes autour de moi ou m'emmenent ils?*


-Regarde, elle semble reprendre connaissance... Mademoiselle, nous venons de vous libérer, restez calme et ne bougez pas, vous avez perdu beaucoup de sang... Nous allons bientot vous evacuer par avion.

-Igor... mes parents, ils sont en danger, sauvez les...

-Une équipe est en train de se charger d'eux...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase,Temikat était de nouveau inconsciente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour de Temikat au perdukistan en passant par paris   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour de Temikat au perdukistan en passant par paris
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vis ta vie en Role Play :: Vis ta vie en Role Play :: En dehors de Paradize City-
Sauter vers: